samedi 2 avril 2016

Zéro de conduite (Jean Vigo)

Aller, juste pour la culture - et parce que j'aime bien ce film - Zéro de conduite, de Jean Vigo ! A la bonne votre.



lundi 10 décembre 2012

Lancement de LesEcrous.fr, un nouveau site d'actualité pas sérieux du tout !

Chers lecteur, nous sommes fiers de vous annoncer le lancement de LesEcrous.fr, un site journalistique d'actualités dans la veine the The Onion ou du Gorafi.

J'en appelle à vous pour lire, visiter, partager (Twitter, Facebook, Google+) et pourquoi pas contribuer ! Enfin du journalisme sur www.lesecrous.fr !

Merci de votre incompréhension,
La rédaction.

samedi 8 décembre 2012

Au diable les captcha !

Les captchas sont ces petits textes et images illisibles avec lesquels on nous emmerde lorsqu'une discussion sur Internet nous intéresse (i.e. qu'on souhaite poster un commentaire).

Plus politiquement correctement dit, il s'agit du Completely Automated Public Turing test to Tell Computers and Humans Apart, ou Test de Turing Complètement Automatisé Afin de Distinguer les Ordinateurs des Humains (autrement dit un TTCAADOH [prononcez. tsaaahhdoe]).

Ci-dessus, exemple de Captcha généré par Google (facile à lire?)

Demander aux internautes si ils sont des robots, d'accord. Ça évite les spams et ça donne une impression de sécurité. De là à céder lâchement à la paranoïa en empêchant même un humain en bonne et due forme de déchiffrer l'énigme... franchement vous nous faites chier. C'en était trop jeudi dernier lorsque j'ai du faire renouveler le captcha 13 fois de suite en essayant de commenter le blog d'un ami (qui traite de la théorie de la tartine, au passage).

Je propose donc, pour davantage de sécurité, plusieurs autres solutions de mon cru.


Dans la catégorie mathématique, j'invente le captcha Haversine (basé sur la formule de trigonométrie sphérique du même nom [voir formule de Haversine] qui permet de calculer - en navigation entre autre - une distance réelle entre deux points sur une sphère depuis une longitude et une latitude donnée).

Prouvez que vous n'êtes pas un robot !
Inconvénient: j'ai eu l'occasion de l'appliquer en programmation et les robots calculent très bien cette formule.

Dans la catégorie "ouverture des frontières", le captcha Hindou.

Prouvez que vous n'êtes pas un robot.
 टोनी एट संयुक्त राष्ट्र चोर  ?
Si vous n'êtes Indien, ne trichez pas.

Inconvénients: marche sans surprise contre les Pakistanais, très peu contre les Hindous. Il est raciste et discriminant (mais de nos jours il parait qu'on a le droit....?).

Dans la catégorie distrayante, enfin, le captcha pour homme.


Inconvénients: aucun, à part le rendu décalé sur un blog qui traite de philosophie ou de politique (quoique).

J'ai bien d'autres idées, et il serait facile d'en trouver encore d'autres. Ceci-dit la dernière solution me convenant parfaitement, elle constituera ma proposition finale. Votée à l'unanimité.

N.B. Cet article est tout a fait sérieux puisqu'il est le fruit d'une vrai frustration (pas sexuelle, relisez le début si vous avez un doute). Et si enfin vous souhaitez laisser un commentaire... eh bien débrouillez vous !


jeudi 6 décembre 2012

Le comité d'écoute des non-dits

J'ai eu hier soir une idée lumineuse. Comme disait Coluche, quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, hé ben on a raison de penser ce qu'on pense. C'est suite à cette constatation que m'est venue l'idée de créer une communauté un peu spéciale: Le Comité d'Ecoute des Non-dits (avec des majuscules).

Le Comité d'Ecoute des Non-dits (avec des majuscules) s'adressera:
  • A tous ceux qu'on entend pas (les muets);
  • A tous ceux qu'on entend trop mais dont on ne saisi pas le sens des phrases (les hommes politiques);
  • Aux électeurs, aux juifs, aux femmes, aux arabes et aussi aux autres;
  • Surtout aux hommes politiques.
Vrai mixer entre les Anoymous et Wikileaks, l'association traduira et publiera (sur cette page et sur les réseaux sociaux), sans scrupules et sans retenue les langues de bois de nos chers élus; bref, tout ce qui n'est pas dit dans ce qui est dit ! Et qu'on arrête de nous faire chier.

Quelques exemples pour commencer.

Je vous ai compris (Charles de Gaulle): Parlez toujours.
Au-revoir…(Valery Giscard d’Estaing): Enfoirés...
La pomme est un fruit sympathique et je l’observe tous les jours (Jacques Chirac): Je ne sais vraiment plus quoi dire.

En voulez vous d'autres ? Citoyens, participez ! A l'heure actuelle, le Comité d'Ecoute des Non-dits est composé d'un groupe de un.
  • Président: moi;
  • Vice-président: moi;
  • Trésorier: moi;
  • Adhérents: moi;
Clic clac l'affaire est dans l'sac. Rejoignez nous !

jeudi 29 novembre 2012

Facebook : fenêtre sur cour

On aura beau dire le contraire, on apprend plus sur Facebook que dans les journaux. Par exemple, ce matin, quelle ne fut pas ma surprise en apprenant, pour ma plus grande joie, que pour Clotilde "Acquisition du jour : 1kg de nounours en chocolat", que Sylvie "had the best week end ever", que Olivier a passé "un super week end en famille, cousins au top, peu de sommeil et des bouchons parisiens...", et que Solène, enfin "mets des couleurs dans sa vie".

A l'inverse, à ma grande consternation, j'apprends du même coup que Astride "a fait 100 mètres à Paf le chien", que pour David, "hum... le caca c'est délicieux", et enfin que Sylvie "just doesn't know what to do with herself"... C'est con.

Première preuve : évidemment c'est difficile à croire. Pourtant, les dites preuves me paraissent tout aussi criantes qu'un concert de Limp Bizkit réussi.


Ci-contre : effectivement, Solène a bien mis des couleurs dans sa vie.

Nous sommes réellement contents pour elle.

On se demande juste si ça va, quand même, dans la tête, et si il ne faudrait pas voir à se demander si on peut vraiment tout, tout, tout, tout numériser.





Et ci-dessous, David, apparemment aime le Caca. Bon. On notera au passage que Elodie et Manu "like this"... (c'est à dire aiment ça, re-au passage, pour les non anglophones). D'ailleurs, il faudrait aussi se demander si ça veut dire qu'Elodie et Manu aiment aussi le caca - et dans ce cas, cela ne devrait plus nous surprendre puique David aime déjà ça - ou si Elodie et Manu aiment que David aime le caca - et dans ce cas, c'est un peu ambigüe, il faut le reconnaitre.


Je n'ai pas pu m'empêcher, oh, intellectuel que je suis, de me poser des questions à propos de l'utilité profonde de faire savoir au monde entier que l'on va aux toilettes, ce qu'on a mangé, qu'on a passé une bonne journée ou autre futilités de la vie de tous les jours qui feraient pouffer de rire Lapalisse.

Quelle conclusion faut-il tirer de tout ça ? Que Facebook est une "formidable violation de la vie privée", à en coire cet avis d'un internaute ? Sérieusement, est-ce la faute de Facebook ?

Il m'est avis que la même question revient toujours et encore : demandons nous si l'homme est vraiment responsable, et si il faut systématiquement rejeter la faute sur le système plutôt que de douter de la connerie de certains (pour exprimer l'idée dans le sens inverse des aiguilles d'une montre...).

Mise à jour du 13 février 2010
 
Source :  Quoi de 9 Cécile ? (blog)

mardi 31 janvier 2012

Twitter : nouveaux languages

On reproche à J.R.R Tolkien d'être un geek sous prétexte qu'il inventa le Sindarin (ou encore gris-elfique).

On se fout au passage de savoir que "le sindarin est la langue des Sindar ou Elfes Gris, qui se développa d'abord au Beleriand pendant le Premier Âge, à partir d'un ancêtre commun aux diverses langues des Elfes", ou encore qu'il "fut adopté [plus tard] par divers autres peuples et s'étendit en de nombreuses régions de Terre du Milieu, y devenant ainsi la langue véhiculaire des Elfes", et que c'est d'ailleurs "l'une des langues en usage chez un peuple d'Hommes, les Dúnedain" (source, Wikipedia: Sindarin).

Ça, on s'en fout comme de l'an quarante.

Au passage, demandons nous pourquoi l'expression "s'en foutre comme de l'an 40" est-elle si populaire puisque, justement - dictionnaire historique à l'appui - il ne s'est rien passé du tout. Ou du moins rien d’intéressant. C'est juste un synonyme de "Ne pas s'y entendre plus qu'à l'Alcoran" (FYI).

On en apprend tous les jours, mais tout ça, comme je disais, on s'en tamponne l'escabeau.

Une converstation sur Twitter, ce qui a priori n'a rien à voir, donnerai à peu près ceci :
Ouah ! @jeanmicheljar, super wiki sur le http://bit.ly/gsC92o, à propos de #jrrtolkein @michelinetourneboule [retweet].

Et en comparaison, un "tweet elfique donnerai" plutôt :
A Eruchîn, ú-dano i faelas a hyn an uben tanatha le faelas !

Rien à voir vraiment ? La seule certitude, c'est que le pov' gars, qui parle français et qui l'a appris au lycée (quoique...) n'y bitera rien de rien du tout. Qu'on arrête les conneries.

Point barre, prochain article.

mercredi 12 octobre 2011

Un dernier verre chez lui

Vous a-t'on déjà fait le coup du dernier verre ? Petit rappel : il s'agit de la phrase bien connue "Veux-tu monter boire un dernier verre chez moi?" du mâle qui s'est croisée les roubignoles toute la soirée devant le décolleté.

Affaire à suivre, puisque notre équipe n'a pas pu monter avec eux...

dimanche 9 octobre 2011

Steve Jobs est mort

Ah... less and less jobs these days...

mardi 1 décembre 2009

Raisonnement mathématique par l'absurde

3 septembre : "Si vous me donnez la main de votre fille, je lui mets la bague au doigt (d'abord)".
28 octobre : "Madeleine a une bague au doigt...".

Faut-il en déduire que j'ai épousé Madeleine, ce qui , comme son nom l'indique aurait du être du gâteau ? Malheureusement non. Mathématiquement, nous verrons que cette égalité n'est pas systématique.

Soit A la main de votre fille, B la bague au doigt et C Madeleine. On part de l'hypothèse que A = B. Or, le 28 octobre, on s'aperçoit que C = B. L'idiot en aurait déduit aussi hâtivement que Papa dans Maman que, dans ce cas là, A = C. Effectivement, l'hypothèse A = B est mal formulée, et c'est là ou le bras blesse. L'hypothèse correcte est que A induit B, mais que B n'induit pas forcément A (A = B est différent de A = B) !

Il aurait aussi fallu introduire (sans jeu de mot dans Madeleine) une autre variable : celle du taux d'amour de Madeleine pour moi. Notons celle-ci x. Ainsi, on a A = B et C(x) = B avec C(x) la fonction de Madeleine. Alors A = C(x) (i.e si vous me donnez la main de votre fille, Madeleine a la bague au doigt). Mais, à l'inverse, l'égalité A = C(x) est fausse ! Effectivement, si on dérive C(x), alors B = C(x), et puisqu'on ne sait pas si C (Madeleine) s'est faite l'intégrale, on ne peut en aucun cas en déduire que A = C(x).

La seule chose qu'on peut prouver, à la rigueur, et sans rentrer dans les explications techniques, c'est que B est une fonction de x, et donc que A est aussi fonction de x. Autrement dit, si vous me donner la main de votre fille, la marier dépend du degré d'amour qu'elle a pour moi... Et alors qu'on me dit sur l'oreiller qu'il est temps de conclure puisqu'on est en train de se perdre dans des détails pas si intéressants que ça, je vous fait grâce de la conversion de A et B en matrices...

Je conclurai donc par la seule chose qui me paraît révélatrice, à savoir que si la taux de natalité en France est si bas, c'est sans doute à cause d'imbéciles qui croient pouvoir marier Madeleine alors qu'ils ne savent pas à quel point Madeleine est consentante. D'autant que même si Madeleine est consentante, cela ne garanti pas, d'un point de vue purement mathématique que Madeleine se laissera mettre autre chose qu'un bague autre part qu'au doigt, même si bien sur, dans la pratique, on se marie pour faire des mioches, et rarement autre chose.

lundi 30 novembre 2009

Le sens de l'absurde

L'absurde a t'il un sens ? Nous disions tout à l'heure : droite ou gauche. Et si on se place en trois dimensions, forcément, il y aurait aussi haut et bas. Mais grève de plaisanteries. Ne pas prendre l'absurde au sérieux serait une erreur grâve. Effectivement.
  • C'est une mesure de l'intelligence et de notre capacité d'abstraction
  • Il est le garde fou de tous les honnêtes hommes face à la bêtise des autres
  • C'est drôle, ce qui est une raison tellement suffisante que je m'autorise à citer ce point sans même le développer d'avantage. Peinard.
Une mesure de l'intelligence et de la capacité d'abstraction

Souvent mal interprétée par ceux avec lesquel vous n'avez pas d'affinité particulière - et/ou des cons - une réponse absurde à une question simple peut vite vous mettre dans un embarras au point que même une aiguille dans une meule de foin trouverait ça classe. Mais la personne que vous n'aviez jamais vu auparavant et qu'on vient de vous présenter risque de tiquer, de ne pas comprendre, ou pire, de vous demander de répéter ce qui vous mettrait dans l'embarras dont je vous parlais à l'instant, puisqu'une blague est en général pertinente au temps "t" et perd vite de sa superbe lorsqu'on doit la répéter ou l'expliquer.

Le cuistre aura donc pensé que "quel con celui-là", et "pourquoi me présente t'on un clown pareil" ou encore "bon, et bien c'est pas le tout mais j'ai des choses intéressantes à faire...". Mais le cuistre se mets le doigt dans le nez. Il aurait du réagir au quart de tour, l'abruti, si la moitiée de son intelligence abstractive valait la tiers de la votre !

Le garde fou de tous les honnêtes hommes face à la bêtise des autres

Avoir la capacité d'abstraction est bien utile lorsque le dernier recours est épuisé alors qu'on argumente avec un con.

- " Mes excuses les plus plates et mes courbettes les plus inclinées, monsieur le certainement très digne représentant de l'ordre, mais... ".
- "Non, je ne veux rien savoir, votre ceinture de sécurité n'est pas attachée. Vous êtes en moto ? Je ne veux rien savoir, j'ai dis".

Et paf ! La prune, comme fruit de mon effronterie. Au lieu d'avoir une conversation logique, il aurait mieux fallu faire abstraction, et le pilule serait passée comme un pavé dans la gueule d'un flic (l'expression est similaire à "comme papa dans maman", mais elle paraît d'avantage de circonstance dans l'exemple sus-cité).

C'est drôle, ce qui est une raison tellement suffisante que je m'autorise à citer ce point sans même le développer d'avantage. Peinard.

Si vous n'avez pas lu le début, ce qui serait biscornu mais je conçoit tout à fait si vous vous êtes retrouvé sur ce blog, j'ai dit que ce point n'avait pas besoin d'être développé plus en détails. Je ne le développerai donc pas plus en détails. Surtout qu'expliquer pourquoi l'absurde est drôle m'embarquerait dans un long récital de raisons plus suffisantes les unes que les autres et ma démonstration percutante sonnerait le naufrage de votre éventuel contre-argumentaire sur l'iceberg de votre ignorance.

Tout simplement car l'absurde casse les liens classiques de l'humour et surprend en créeant d'autre liens moins évidents (i.e. sauter du coq à l'ane - et au passage remarquons l'absurdité de cette expression, car on ne voit pas pourquoi on s'amuserait à sauter d'une vollaille orgeuilleuse à plumes et à deux pates à un humble mammifère têtu à fourrure et à quatres pates. Rien à voir).

Donc, sans vous embarquer plus loin dans un démonstration auto-suffisante, et pour terminer sur un point positif, gardez à l'esprit que si l'absurde ne vous fait pas tilter, cela ne signifie par que vous n'avez pas d'humour pour autant. Votre humour est moins noble, c'est tout !

Les citations d'Achille Talon

Achille Talon est un grand homme, quoique ni par le nez ni par la stature. Doté d'une allure de parieur sur hippodrome mais d'un sens aigu de l'humour littéraire ainsi que d'un important cartable d'auto-dérision-par-inadvertance, le voilà qui nous sert régulièrement (pour peu qu'on lise ses albums) ses élucubrations qui feraient rougir le jongleur de lettres de plaisir. De superbes trouvailles linguo-stylisées: Achille Talon n'as pas fini de m'épater.

Je vais dégager l'allée avec souplesse, vélocité, et ma pelle.

Stratégie navrante qui ne pouvait conduire qu'à ces Thermopyles aggravées d'un zeste de Waterloo. J'ai horreur de m'imposer, mais le sen du devoir n'est pas toujours celui de la modestie. J'interviens.

Je m'en moque dans des proportions qui vous donneraient une idée de l'infini.

Sachez que j'ai capturé un aviateur allemand rien qu'en lui tendant une tartine de confiture, moi, monsieur.

Un léger nuage d'incertitude flotte avec persistance dans l'azur habituellement immaculé de mon assurance naturelle.

Les murmures d'incrédulité qui vous agitent me beurrent le cœur de gratitude.

Admirable, calme, mais granitiquement résolu.

A propos, tu as le bonjour mécontent de ta mère qui est dans les affres à cause d'un fils qui découche sans prévenir et je m'étonne de n'apercevoir ici aucun décapsuleur, à quoi servent les bistrots, on se le demande.

Mon intérieur ait des nœuds à en humilier un marin !

Allons faire le point devant un café puissant. Cette nuit blanche m'a donnée des idées noires.

Une histoire de sous-marins

J'en ai une bien bonne. Sans autre forme de bonnet, la voici :

Deux sous-marins sont dans un arbre. Et ils mangent des chaises. Et là, un bouc passe sous l'arbre. Alors les deux sous-marins l'invitent à les rejoindre. Mais le bouc hésite.
- "C'est quand même géant, manger des chaises dans un arbre avec des sous-marins...".
Et finalement, le bouc répond:
- "Je voudrais bien, mais je peux pas, je suis dentiste.".

Elle est rigolotte non ? Non mais là elle est pas finitte...

Réservé aux bicyclettes !

Il est souvent besoin de préciser, dans ce monde de fou, le pourquoi et le comment des choses. Il parait qu'il ne s'agit en aucun cas de prendre les gens pour des cons. Mais de quoi s'agit-il alors ? J'ai bien une tentative d'explication, mais je doute de sa portée.


A voir l'image ci-contre, on est tenté de dire :
- "Ah ! Effectivement", ou encore
- "Tiens ! J'aurais pas pensé !"

Première hypothèse :  nous somme près de la mer et on ne veut surtout pas que des hippies aux cheveux longs y garent leur planches de surf.
Deuxième hypothèse : nous sommes à la montagen, et on ne veux surtout pas que des hyppies aux cheveux longs y garent leur snowboard.


Dans les deux cas, l'explication me parait insuffisante. A vrai dire, je n'en ai pas. Et si l'un d'entre vous a la réponse, n'hésitez pas à m'en faire part !

Un conte de l'absurde

Un conte de l'absurde : pièce de théatre à lire en ligne (lien externe), dont voici l'humble résumé.

Gérard a eu une affaire (de nature sexuelle) avec la femme de son meilleur ami et ancien collègue de bureau: Jean. Sa conscience travaille Gérard si fort qu'il décide de tout avouer à son ami. Mais, craignant la honte et les inconfortables conséquences que cela engendrera, il décide d'adopter une stratégie fataliste. Il cherchera donc à convaincre Jean - à force d'exemples plutôt mal choisis - que "tout dans la vie doit arriver", que "tout est écrit là haut" et que de toute façon, il n'y pouvait rien faire. Son but est de lui présenter ensuite la chose sous un angle de vue similaire qui le dédouanera - pense t'il très fort - de toute responsabilité. Mais Jean, entrepreneur terre à terre, opposera une résistance féroce à toute idée selon laquelle le destin est indépendant de la volonté de humaine... et que sa femme est le jouet du destin (et de Gérard)!


N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires ! Et pour votre gouverne, un article sur le théatre de l'absurde. Purement historique et culturel.